Thérapie de la relation à Bordeaux et initiation à la thérapie sensitive non duelle

Accompagnements
& thérapies
Groupes de parole & Stages
Ressources & actualités
Contact
contact@daniele-bachere.com
06 07 05 04 96
73 Rue Camena d'Almeida,
33000 Bordeaux Saint Augustin
Tram A , station Saint Augustin
Bus 11, arrêt Saint Augustin
 

Approche sensitive non duelle

Qu'est ce que l'APPROCHE SENSITIVE NON-DUELLE ?

Sans s'attacher à une métode ou une technique en particulier, c'est avant tout une posture, une relation au vivant.

C'est l'art d'Être et d'être en lien épanoui avec soi, avec les autres, avec l'environnement naturel, social ou culturel.

Quelques mots pour essayer de le ressentir :

Nous sommes tous soumis à des tensions : stress ordinaires ou ponctuels, conflits, contraintes, contrariétés... stress et anti-stress

ET CEPENDANT ...

Nous aspirons tous à la paix,
au bien être, à la joie,
à la détente ou à la douceur de vivre...

Nous sommes donc en permanence dans une dualité qui nous empoisonne la vie !

Voyons cela de plus près

Si j'entre doucement en contact avec l'intérieur de mon corps (et je vous invite à le faire tout en lisant ce texte), que je pose une écoute attentive sur les vibrations de chacune de mes cellules jusqu'au fond de mes extrémités, je rencontre la sensation de la vie dans mon corps.

Je peux me laisser déambuler dans ce corps sans autre intention que d'être à l'écoute sensitive de cette vie en moi, fidèle à ce corps depuis qu'il existe.

A l'intérieur il y a un silence, une paix, de la tendresse....

Bébé, nous sommes dans cette relation intime.

Entièrement rivés à la confiance, sensation d'unité de plénitude.

Cette sensation est celle de notre état fondamental, d'avant les pensées.

Puis les pensées arrivent... (la plus douloureuse, que nous vivons tous d'une manière ou d'une autre, est de constater que nos parents, évidemment au quotidien pris aussi dans d'autres centres d'intérêt que nous, ne reçoivent pas par moment l'amour inconditionnel que je leur voue; alors une pensée naît dans mon inconscient : qu'ai je fais de mal qui génère ce désintérêt ? et c'est l'arrivée de la culpabilité (coupable, coupé de), de la notion d'impuissance, des pensées de jugement, d'évaluation !)

Que se passe t-il alors avec la sensation de l'état précédent ?

Au quotidien, nous pouvons constater que lorsque les pensées arrivent nous perdons instantanément le contact avec cette relation à nous-même, avec ce lieu intime, cette maison intérieure. C'est la division, tout s'évalue en fonction d'un opposé -le bien et le mal, le fort et le faible, le beau et le laid etc...

Lorsque nous sommes pris par nos pensées, nous pouvons constater une très nette sensation d'être à l'extérieur de ce lieu interne.

Comme une séparation d'avec nous-même qui peu à peu nous coupe en deux. La pensée d'un côté, les sensations et le corps de l'autre.

Pouvez-vous sentir cela ?

C'est dans cette séparation que grandirent au fil des évènements rencontrés notre vie, des sensations de peur comme le manque, l'abandon ou même la colère, la jalousie ... et la perte de confiance, créant et validant les brèches en chacun de nous.

Au meilleur des cas, c'est comme une sensation latente de rester sur ma faim, d'insatisfaction, que nous pouvons percevoir comme toujours blottie au fond du creux de l'estomac.

En prenant contact avec cette sensation, nous prenons conscience des besoins de compensation qui en découlent au quotidien : dépendances affectives, possessivité, pouvoir sur, besoin d'avoir raison, de prouver, addictions...

Observons comment ces besoins de compensation induisent la qualité de notre relation à notre environnement, aux autres.

Ces situations nos touchent justement dans ces brèches où nous nous sentons seuls, fragiles.

Cela se traduit par des sensations facilement identifiables: un nœud au niveau du plexus, mal au ventre, respiration bloquée, tensions musculaires...C'est comme si en sentant ces tensions, nous sentions les déchirements qui nous habitent et nous tiraillent, plus ou moins discrètement mais en toile de fond permanente.

Et le cercle viscieux est bouclé : division/séparation => sensation de peur et de manque => réactions de compensation => qualité relationnelle = miroir => aggravation des réactions de compensation => aggravation de la sensation de peur et de manque => aggravation de notre division/sparation.

La situation extérieure qui nous renvoie cette tension est donc comme un révélateur personnel des endroits en souffrance en nous vécus comme une dualité, un conflit intérieur (Nous voyons bien d'ailleurs que le même évènement ne provoque pas le même effet chez tout le monde).

C'est un effet miroir par lequel nous ne créons et ne rencontrons que ce qui nous indique là où nous avons encore des parts de nous à réconcilier.

La non dualité cela veut dire reconnaître ce tiraillement, accueillir les parts de nous qui sont en conflit dans chaque tension, les parts de nous que nous rejettons. C'est à cet endroit que nous pouvons agir efficacement, sûrement et rapidement.

Comment y parvenir ?

En observant au quotidien toutes sensations de tension, de désagrément qui se signalent en nous et dans mon corps.

Lorsque nous les remarquons, nous pouvons sentir que ces sensations sont le signal d'un tiraillement intérieur (qui peut aller jusqu'à une grande souffrance) sur des questions non apaisées en nous. Nous pouvons choisir de remercier ces sensations de nous indiquer ainsi qu'une part de nous est encore rejetée ou niée ou jugée...

Considérer cette part endolorie de nous peut instantanément nous faire passer de la souffrance à la paix intérieure.

Un accompagnement, en séance individuelle, en couple ou en groupe de parole, est souvent le plus utile pour acquérir ce réflexe de réintégration, de réunification. Je pourrais décrire ce réflexe comme une sensation de changer la position d'un clapet, d'un aiguillage à l'intérieur de soi.

Par l'entraînement pendant une séance (individuelle ou de groupe) à partir de cas concrets de votre vie de tous les jours, très rapidement vous commencerez à constater dans votre quotidien un changement notable dans le rapport aux évènements que vous vivez ordinairement.

Tous les sujets du quotidien sont d'excellents terrains pour s'entraîner à sentir tout ce qui provoque en chacun les tensions et tiraillements.

Plus les sujets abordés feront partie du quotidien ordinaire plus ce sera facile de progresser rapidement.

En ce qui concerne les ateliers de groupe, leurs avantages sont au moins de trois ordres :

1. Même si vous ne savez, pouvez, voulez pas parler de vous dans le groupe, les cas évoqués durant les séances sont toujours autant d'échos qui viendront agir en vous

2. L'énergie d'un groupe, constituée a minima de la rencontre des énergies du groupe, est un catalyseur qui permet une intégration beaucoup plus rapide et efficace du processus

3. Le groupe permet de pratiquer la posture d'observateur, fondamentale pour toute progression personnelle.